Emploi d’avenir

Le nouveau gouvernement a mis en place les « emplois d’avenir », contrat de travail spécifiques pour dynamiser l’emploi auprès des jeunes peu ou pas qualifiés.

Une nouvelle aide pour les entrepreneurs, qui devrait leur permettre d’embaucher plus facilement.

Un contrat encadré :
Les employeurs aussi bien du privé que du public peuvent conclure un contrat d’avenir. L’employeur doit objectivement proposé à son nouveau salarié une perspective d’insertion professionnelle ou de qualification professionnelle. Mais seuls les secteurs d’activité présentant un fort potentiel de création d’emplois sont concernés (la liste des domaines d’activités éligibles est fixée par chaque Préfet dans sa région, en fonction des perspectives de développement).
Les emplois d’avenir se concluent sous la forme d’un Contrat Unique d’Insertion (CUI) ou d’un Contrat d’Accompagnement dans l’Emploi (CAE) : pour les employeurs du secteur non-marchand.
Les emplois d’avenir se concluent sous la forme d’un Contrat Unique d’Insertion (CUI) ou d’un Contrat Initiative Emploi (CIE) : pour les employeurs du secteur marchand.

Montant de l’aide :
L’aide mensuelle versée aux employeurs est fixée par des arrêtés des Préfets de région, dans la limite de 47 % du SMIC horaire brut.
Cette aide aux employeurs est versée mensuellement pour une durée maximale de 3 ans.
Exemple en chiffres : pour un contrat à durée déterminée de 12 mois en temps plein (de 35 heures) bénéficiant d’une aide de 35%, l’employeur percevra environ 400 euros par mois dans la limite de 4.843€ au total pour la durée des douze mois.

Infos, calculs, éligibilité … retrouvez plus de renseignements sur le site du gouvernement dédié aux emplois d’avenir.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

Powered by WordPress